Intervention sur l’exposé de C. Morazé : « Literary Invention », au Symposium International du John Hopkins Humanities Center à Baltimore (USA). Paru dans The Languages of Criticism and the Sciences of Man : The structuralist Controversy, dirigé par R. Macksey et E. Donato, Baltimore et Londres, The Johns Hopkins Press, 1970, pp. 41-44. Les interventions de Lacan ont été faites en anglais. Une traduction vous en est proposée.

(41)It is rare for a discussion to bring forward so quickly what could have remained unsettled after a presentation. Much of what there is [to discuss] has been put in its proper place. A minute ago, for example, when you were saying that as to the question of the (42)« imaginary root », things had been resolved very simply. You yourself brought the necessary corrective, viz, that it was a terrible drama. What it seemed to me was the essence of your communication, what it centered about, what gave it its essential character, was that you touched on the question of invention, namely : Who invents ? There would be no question of invention if that were not the question. You consider this question resolved. In any case, you were very anxious to be precise about the fact that whatever the constellation, the configuration, in which you place the phenomenon we call « invention » (and which you brought into the discussion in an admirably cogent and primary way) : one invents to the degree that he puts a number of signs in relationship to each other. I do not advance this argument ; it is you who have restated the problem in this way. (Parenthetically I am leaving aside here something that it seems useful to me to recall concerning the use of the term « symbol », which you seem to regret [coming from] the mouth of mathematicians, and which means only this : symbols are the relations between signs.)

But I want to keep to the heart of the matter, which is something you evidently took to be resolved from the beginning – that the man who invents is he whom you were speaking of when you spoke, a moment ago, of saveur de vivre, goût de vivre, espoir de vivre [zest for life, love for life, anticipation]. It is a question of the living being, it is the individual, the living individual. But there must still have been a question in the back of your mind, since throughout your exposé that point seemed so obvious that it was almost surprising to hear you emphasize it. You explained that, in spite of all you had said about the context of the invention, it was after all the inventor who invented, who was the author of the invention, and your phrases saveur de vivre, goût de vivre, espoir de vivre, actually implied the flesh-and-blood individual. The term « disincarnated » you used, not in connection with this inventor, but in connection with the sign, the mathematical sign ; which goes to show that the question of incarnation was there present in your mind, although we don’t, of course, both give it equal value. It is certain that in this domain of mathematics, which you have aptly chosen in introducing the question of invention, inventions are produced, we may say, at exactly the same time, or within a few months of each other, by subjects (I must pronounce the word sooner or later) who are at great distances (geographic or otherwise) from one another. The same phenomenon is no less observable in other fields of invention and especially in the field of literature, although here it does not evoke the same property of astonishment as in mathematics. So, (43)here is where the question lies. In proposing the term subject in this connection, and asking that we distinguish it from your living being with all his animation (your conception of which you have clearly expressed since it is a question of that charge which does or does not attach itself to the manipulation of the signs, and which you have presented to us on the whole as an emotional charge), you have shown us that this can go even further where the apprehension of signs is involved, for example pictorial signs, whose intuitive connotations you have rightly accepted : the picturesque element counts for something in the way in which they move us more than other signs.

But, leaving the elements in this sort of relationship in which you have left them, are we not ourselves losing something essential, an approach which we must adopt in posing the question ? I mean the one which might appear if we focused on the most paradoxical points. I seemed to understand you to say that it was necessary for these mathematical signs to be recharged at times. But with what ? You certainly emphasized what Russell had said, after all, that in mathematics one knows neither if what one is saying is true, nor precisely of what one is speaking. In the sense, of course, and only in this sense, one can talk of a certain emptiness of the sign. In any case, one thing seemed to me certain : that the sign is not recharged with this emotional quality. This I believe is the same thing you suggested when you talked of a purely « quantitative » energy. That must have been what you were thinking of – that it wasn’t a – let’s not call it « quantitative », which would be really awkward, but a, shall we say, « qualified », energy.

So, if it’s not that which periodically presents us with a certain crisis in mathematics, if it is no re-charging of this kind, then the question comes up : What accounts for the passion of this mathematical crisis ? What is this passion which is internal, in your admirable demonstration, to this crisis of the signs ? To use your vocabulary (at least one I think you can accept, even if you are not the one who associated these exact words) : What is the order of the passions around which this event will or will not occur, whatever it may be, this algorithm, invention of a new sign or of a new algorithm or a different organization of some logical system ? Asked in this way the question seems to show a close connection with the question posed by the introduction of the term subject as [something] distinct from the function of individuality you introduced – and it is quite normal to have done so – as essential to the question of the inventor. Is the inventor the physical person that each of us is here, facing the other, being looked at, capturing and being captured, more or less, within a play of gestures ? Is it something (44) else ? Or is it to the extent that we are both caught up in the system of signs which is creeping into our debate with a sort of effort at approximation, but in which all the same there is a necessary internal coherence, a logical necessity – as someone here recalled just a little while ago. It is after all true that a collective agreement does not bring about the triumph or the failure of a theory in formal mathematics. There is another sort of necessity which obtains. Only this other necessity transfers a certain charge which plays, may I say, the same role as that which we call roughly the « affective charge » [charge affective]. This seems to me very close to my immediate concern and what it seeks to elucidate : to know in what sense it is, properly speaking, concerned with the status of the subject, in so far as it is the same question as the question of the « passion of signs. ». If one goes a little further in this line, one very quickly, it seems to me, comes to what could seem mysterious to M. Hyppolite in the announcement of the title of my own communication here. I am thinking of the word « inmixing » [inmiction]*. I think that the first time I introduced this word was precisely in respect to subjects. Subjects (even the Natural History of Buffon was not so « natural » as that, may I add) are not as isolated as we think. But, on the other hand, they are not collective. They have a certain structural form, precisely « inmixing, » which is, properly speaking, that to which a discussion such as that today can introduce us, and I think uniquely in so far as we are not so sure that he who invents is exactly he who is designated by a certain proper name.

 

Traduction

 

(41) – C’est exceptionnel de mettre si rapidement en évidence dans une discussion ce qui a pu rester problématique après une présentation. Beaucoup de ce qui devait [être discuté] a été mis à sa juste place. Il y a une minute, par exemple, lorsque vous disiez que jusqu’à la question de la (42)« racine imaginaire », les choses ont été résolues très simplement. Vous avez vous même amené la rectification nécessaire, à savoir, que c’était un terrible drame. Ce qui m’a semblé être l’essence de votre communication, ce sur quoi elle était centrée, ce qui lui a donné son caractère essentiel, c’était ce que vous avez touché avec la question de l’invention, à savoir : qui invente ? Ce ne serait pas la question de l’invention si ce n’était pas la question. Vous considérez cette question résolue. En tout cas, vous étiez très soucieux d’être précis sur le fait que quelle que soit la constellation, la configuration, dans laquelle vous mettez le phénomène que nous appelons « invention » (et que vous avez amené dans la discussion d’une façon admirablement concluante et primordiale) : quelqu’un invente jusqu’au point où il met un nombre de signes en relation les uns avec les autres. Je n’avance pas cet argument ; c’est vous qui avez refixé le problème de cette façon. (Entre parenthèses je laisse ici de côté quelque chose qu’il me semble utile de rappeler concernant l’utilisation du terme « symbole », que vous semblez regretter [qu’il sorte] de la bouche des mathématiciens, et qui veut seulement dire ceci : les symboles sont des relations entre les signes).

Mais je veux garder au cœur du sujet, ce que vous avez manifestement pris pour être résolu du début – que l’homme qui invente est celui dont vous parliez quand vous parliez, il y a un instant, de saveur de vivre, goût de vivre, espoir de vivre[1]. C’est une question d’être vivant, c’est l’individu, l’individu vivant. Mais vous devez encore avoir une question derrière la tête, bien qu’à travers votre exposé ce point ait semblé si évident qu’il était presque surprenant de vous entendre l’accentuer. Vous avez expliqué que, en dépit de tout ce que vous avez dit sur le contexte de l’invention, c’était après tout l’inventeur qui inventait, qui était l’auteur de l’invention, et vos phrases saveur de vivre, goût de vivre, espoir de vivre signifient en fait l’individu en chair et en os. Le terme « désincarné » que vous avez utilisé, non en relation avec l’inventeur, mais en relation avec le signe, le signe mathématique, tend à montrer que la question de l’incarnation était là présente dans votre esprit, bien que naturellement nous ne lui donnions, vous et moi, une valeur équivalente. Il est certain que dans le domaine des mathématiques, que vous avez pertinemment choisi en introduisant la question de l’invention, les inventions sont produites, pouvons-nous dire, exactement au même moment, ou à quelques mois les unes des autres, par des sujets (je dois prononcer ce mot tôt ou tard) qui sont très éloignés (géographiquement ou autrement) les uns des autres. Le même phénomène n’en est pas moins observable dans d’autres champs de l’invention et spécialement dans le champ de la littérature, bien qu’il n’y évoque pas la même qualité de surprise que dans les mathématiques. C’est donc (43)là que réside la question. En proposant le terme sujet, dans cette relation, et en demandant que nous le distinguions de votre être vivant avec toute sa vivacité (la conception que vous avez clairement exprimée puisque c’est une question de cette charge qui s’attache ou non à la manipulation des signes, et que vous nous avez présentée en somme comme une charge émotionnelle), vous nous avez montré que cela peut même aller plus loin, où l’appréhension des signes est engagée, par exemple les signes descriptifs, dont vous avez justement accepté les connotations intuitives : l’élément en image compte pour quelque chose dans la mesure où ils nous touchent davantage que les autres signes.

Mais, en laissant les éléments dans cette sorte de parenté dans laquelle vous les avez laissés, ne perdons-nous pas quelque chose d’essentiel, une approche que nous devons adopter en posant cette question ? Je veux dire celle qui pourrait apparaître si nous nous concentrions sur les points les plus paradoxaux. Je vous comprends, me semble-t-il, lorsque vous dites qu’il était nécessaire pour ces signes mathématiques d’être rechargés à temps. Mais avec quoi ? Vous avez certainement accentué ce que Russel a dit, après tout, qu’en mathématiques on ne sait pas si ce qu’on dit est vrai, ni précisément de quoi on parle. En ce sens, naturellement, et seulement en ce sens, on peut parler d’un certain vide du signe. Une chose en tout cas me semble certaine : c’est que le signe n’est pas rechargé avec cette qualité émotionnelle. Vous avez suggéré je crois la même chose lorsque vous parliez d’une énergie purement « quantitative ». Ça doit être ce à quoi vous pensiez – que ce n’était pas une – ne l’appelons pas « quantitative », ce qui serait réellement fâcheux, mais, dirions-nous, une énergie « qualifiée ».

Alors, si ce n’est pas ce qui s’offre périodiquement à nous dans une certaine crise en mathématiques, si ça ne se recharge pas de cette façon, alors la question se pose : Qu’est-ce qui rend compte de la passion de cette crise mathématique ? Qu’est-ce que cette passion qui, dans votre admirable démonstration, est interne à cette crise des signes ? Pour employer votre vocabulaire (celui que vous pouvez je pense au moins accepter, même si vous n’avez pas associé ces mots exacts) : Quel est l’ordre des passions autour duquel cet événement, quel qu’il puisse être, se produira ou ne se produira pas, cet algorithme, cette invention d’un nouveau signe ou d’un nouvel algorithme, ou une organisation différente de quelque système logique ? Posée ainsi, la question semble montrer un lien étroit avec la question posée par l’introduction du terme sujet comme [quelque chose de] distinct de la fonction d’individualité que vous avez introduite – et c’est assez normal de l’avoir fait – comme essentielle à la question de l’inventeur. L’inventeur est-il la personne physique qui, comme chacun de nous, face à l’autre, est ici regardé, capturant et capturé, plus ou moins, dans un jeu de gestes ? Est-ce quelque (44)chose d’autre ? Ou est-ce au point que nous sommes tous deux attrapés dans le système des signes qui s’insinue dans notre débat avec une sorte d’effort à l’approximation, mais dans lequel tout de même il y a une cohérence nécessairement interne, une nécessité logique – comme quelqu’un l’a rappelé ici il y a juste un instant. C’est vrai après tout qu’un accord collectif ne cause pas le triomphe ou l’échec d’une théorie en mathématiques formelles. C’est une autre sorte de nécessité qu’elle obtient. Seulement cette autre nécessité transmet une certaine charge qui joue, puis-je dire, le même rôle que celui que nous appelons approximativement la « charge affective ». Cela me semble très proche de ma préoccupation immédiate et ce que cela cherche à élucider : savoir dans quel sens elle est, à proprement parler, concernée par le statut du sujet, pour autant que c’est la même question que la question de la « passion des signes ». Si on va un peu plus loin dans cette direction, on arrive très rapidement, me semble-t-il, à ce qui semblait mystérieux à M. Hyppolite dans l’annonce du titre de ma propre communication ici. Je pense au mot « immixtion ». Je pense que la première fois que j’ai introduit ce mot c’était précisément par rapport aux sujets. Les sujets (puis-je ajouter que même l’Histoire Naturelle de Buffon n’était pas si « naturelle » que ça) ne sont pas aussi isolés que nous le pensons. Mais, d’un autre côté, ils ne sont pas collectifs. Ils ont une certaine forme structurale, précisément « immixtion », qui est, à proprement parler, ce à quoi une discussion comme celle d’aujourd’hui peut nous introduire, et je pense uniquement dans la mesure où nous ne sommes pas si sûrs que celui qui invente est exactement celui qui est désigné par un certain nom propre.

[…]

 



* immixion ?

[1] En français dans le texte.