Intervention sur l’exposé de L. Goldmann : « Structure : Human Reality and Methodological Concept », au Symposition International du John Hopkins Humanities Center à Baltimore (USA). Paru dans The Languages of Criticism and the Sciences of Man : The structuralist Controversy, dirigé par R. Macksey et E. Donato, Baltimore et Londres, The Johns Hopkins Press, 1970, pp. 120-122. Les interventions de Lacan ont été faites en anglais. Une traduction vous en est proposée.

(120)M. Goldmann has just shown how difficult it will be for me to communicate to you tomorrow what I have, just this morning, with the kind help of my translator, begun to put into a form worthy of this present meeting. M. Goldmann is already well known to you, having taught here for several months. What I may have to contribute will be less familiar. I have tried to prepare something which will represent the first cutting-edge of my thought. Since (121)this project is something I have been working on for fifteen years, you will understand that tomorrow’s exposé cannot be exhaustive. However, in order to facilitate my task and to prepare your ear, I should like to say this : A few words concerning the subject. I feel that they are necessary since I interjected the term yesterday and since even M. Derrida here asked me at dinner, « why do you call this the subject, this unconscious ? What does the subject have to do with it ? » In any case, it has nothing whatsoever to do with what M. Goldmann has talked about as subject. Of course it is only a question of terminology, and M. Goldmann can use the term subject to mean anything he likes. But what I should like to emphasize is the fact that what characterizes M. Goldmann’s subject (which is very close to the commonplace definition) is the function of unity, of a unifying unity. His subject is the subject of knowledge, the support (false or not) of a whole world of objects. And M. Goldmann carries over this function of unity into fields other than that of knowledge, into the sphere of action for example, when he calls John and James carrying a table a single subject in so far as they are united in this common action.

But what prompts me to speak is the fact that I have had just this experience. I did not myself (although my name is « James » [Jacques]) move a table together with John, but I did not do so only for reasons of personal fatigue and not because I lacked the will to move it myself, as you will see. However what happened was quite different.

I was in a local hotel whose name I won’t mention (known to all of you) and I wanted to have a table, which was against a wall, moved in front of the window, in the interest of working for this meeting. To the right of the window there was a chest of drawers which would have prevented this. I picked up the telephone and asked for some one to help me. There appeared a very dignified, white-haired character who had on his uniform the designation (which still has no very precise meaning for me, although things have since changed) « Bellman ». To this name, which must mean « beautiful man », I did not pay attention right away. I said to the « Bellman » in my English (imperfect, as you will see tomorrow, but sufficient to communicate a request) that what I wanted was to put this table by the window, and the chest in the place of the table. Those here who belong to the American community will not be surprised at the simple gesture I got in reply, « See here. I’m the Bellman, Whom do you take me for ? That’s a job for the Housekeeper ». I said « No matter. All I want is to get the job done. Please be kind enough to notify the housekeeper, so that it won’t be too late. » I must say that in an exceptionally short time for this hotel (122)I got the housekeeper and was then entitled to the service of two blacks (again without waiting too long, since I was able to explain myself on the subject of my wishes). They arrived and, apparently paying very little attention to my request (they even seemed to be listening to something else), they did what I asked. They did it, I would say, almost perfectly, for there remained a few little imperfections in the job, but such definite imperfections that they could not have been unintentional.

Now where is the subject of this little story ? At first glance (but you will quickly see why I do not stop at this) the subject is obviously myself, in so far as I was found wanting in the whole situation, for the important point in the story is obviously not the fact that I was the one who gave the order and, finally, got satisfaction, but rather the way in which I failed altogether by not asking, in the first place, for the proper person among the reigning hotel hierarchy, in order to obtain this service without too great a delay. Anyway this gives me an opportunity to point up the difference between subject and subjectivity. I might assuredly be the subject if it were only a question of this lack. I am the subjectivity in as much as, undeniably, I evinced throughout the affair a certain impatience.

On the other hand what seems to me to be the subject is really something which is not intra nor extra nor intersubjective. The subject of this affair seems to me (and don’t take it amiss ; I say it without the slightest derogatory intention, but fully aware of the weight of what I will propose) : What sort of subject characterizes a style of society in which everyone is theoretically as ready to help you as the question « May I help you ? » implies ? It’s the question your seat-mate immediately asks you when you take a plane – an American plane, that is, with an American seat-mate. The last time I flew from Paris to New-York, looking very tired for personal reasons, my seat-mate, like a mother bird, literally put food into my mouth throughout the trip. He took bits of meat from his own plate and slipped them between my lips ! What is the nature of this subject, then, which is based on this first principle, and which, on the other hand, makes it impossible to get service ? Such then is my question, and I believe, as regards my story, that it is here, on the level of this gap – which does not fit into intra or inter or extrasubjectivity – that the question of the subject must be posed.

 

Traduction.

(120)J. Lacan. – M. Goldmann vient juste de montrer combien il me sera difficile de vous communiquer demain ce que j’ai, juste ce matin, avec l’aimable assistance de mon traducteur, commencé à mettre dans une forme qui convient à cette réunion. M. Goldmann est déjà bien connu de vous pour avoir parlé ici depuis plusieurs mois. Ce avec quoi je vais contribuer vous sera moins familier. J’ai essayé de préparer quelque chose qui représentera le premier tranchant de ma pensée. Comme (121)ce projet est quelque chose sur quoi je travaille depuis quinze ans, vous comprendrez que mon exposé de demain ne peut être exhaustif. Toutefois, afin de faciliter ma tâche et de préparer vos oreilles, j’aimerais dire ceci : Quelques mots concernant le sujet. Je pense qu’ils son nécessaires depuis que j’ai introduit le terme hier et depuis que même M. Derrida ici présent m’a demandé hier au dîner, « Pourquoi appelez-vous ça le sujet, cet inconscient ? Qu’est-ce que le sujet a à faire avec ça ? » En tout cas, il n’a absolument rien à faire avec ce dont M. Goldmann a parlé comme étant le sujet. C’est naturellement seulement une question de terminologie, et M. Goldmann peut utiliser le terme sujet pour vouloir dire ce qu’il veut. Mais ce que j’aimerais accentuer c’est le fait que ce qui caractérise le sujet de M. Goldmann (qui est très proche de la définition classique) c’est la fonction d’unité, d’unité unifiante. Son sujet est le sujet de la connaissance, le support (faux ou non) de tout un monde d’objets. Et M. Goldmann fait passer cette fonction de l’unité dans d’autres champs que celui de la connaissance, dans la sphère d’action par exemple, quand il appelle John et James portant une table un seul sujet dans la mesure où ils sont unis dans cette action commune.

Mais ce qui me pousse à parler c’est le fait que je viens juste d’avoir cette aventure. Je n’ai pas moi-même (bien que mon nom soit James [Jacques]) bougé une table avec John, mais je ne l’ai pas fait uniquement pour des raisons personnelles de fatigue et non parce que le désir de la bouger moi-même m’a manqué, comme vous allez le voir. Ce qui est arrivé était toutefois un peu différent.

Je me trouvais dans un hôtel local dont je tairai le nom (connu de vous tous) et je voulais avoir une table, qui se trouvait contre un mur, devant la fenêtre, afin de travailler pour cette réunion. À droite de la fenêtre se trouvait une commode qui gênait. J’ai pris le téléphone et demandé que quelqu’un vienne m’aider. Est arrivé alors un personnage très digne, aux cheveux blancs portant sur son uniforme ce titre (qui n’a pas encore de signification précise pour moi, même si depuis les choses ont changé) « Bellman[1] ». Je n’ai pas tout de suite prêté attention à ce nom, qui doit vouloir dire « bel homme ». J’ai dit au « Bellman » dans mon anglais (imparfait, comme vous le verrez demain, mais suffisant pour formuler une requête) que ce que je voulais c’était mettre la table près de la fenêtre et la commode à la place de la table. Ceux qui appartiennent ici à la communauté américaine ne seront pas surpris par le simple geste que je reçus en réponse. « Regardez là. Je suis le Bellman. Pour qui me prenez-vous ? C’est un travail pour la gouvernante ». J’ai répondu « Ça ne fait rien. Tout ce que je veux c’est que ce soit fait. Soyez assez aimable s’il vous plaît pour prévenir la gouvernante, comme ça ce ne sera pas trop tard ». Je dois dire que dans un temps exceptionnellement court pour cet hôtel (122)j’ai eu la gouvernante et obtenu l’aide de deux noirs (encore une fois sans attendre trop longtemps, à partir du moment où j’étais capable de m’expliquer sur le sujet de mes désirs). Ils sont arrivés et ne portant apparemment que très peu attention à ma requête (ils semblaient même écouter autre chose), ils ont fait ce que je demandais. Ils l’ont fait, dirais-je, presque parfaitement, car il restait quelques petites imperfections dans leur affaire, mais des imperfections tellement précises qu’elles ne pouvaient pas être involontaires.

Alors où est le sujet de cette petite histoire ? À première vue (mais vous allez rapidement voir pourquoi je ne m’arrête pas à cela) le sujet est évidemment moi-même, dans la mesure où je me suis trouvé dans le manque dans toute la situation, car le point important dans l’histoire n’est évidemment pas le fait que c’est moi qui avais donné l’ordre et, finalement, obtenu satisfaction, mais plutôt la façon dont j’ai complètement échoué en ne demandant pas, tout d’abord, la bonne personne dans la hiérarchie régnante dans l’hôtel afin d’obtenir ce service sans trop de retard. Ça m’a donné en somme l’opportunité de pointer la différence entre sujet et subjectivité. J’aurais assurément été le sujet si ça avait seulement été une question de manque. Je suis la subjectivité pour autant que, indéniablement, j’ai manifesté une certaine impatience dans toute cette affaire.

De l’autre côté, ce qui me semble être le sujet c’est réellement quelque chose qui n’est ni intra ni extra ni intersubjectif. Le sujet de cette affaire me semble-t-il (et ne le prenez pas mal ; je dis cela sans la moindre intention dépréciative, mais pleinement conscient du poids de ce que je vais proposer) : Quelle sorte de sujet caractérise un style de société dans laquelle chacun est théoriquement aussi prêt à vous aider que la question « Puis-je vous aider ? » implique ? C’est la question que votre voisin vous pose immédiatement quand vous prenez l’avion – un avion américain, bien sûr, avec un voisin américain. La dernière fois que j’ai voyagé de Paris à New York, j’avais l’air très fatigué pour des raisons personnelles, et mon voisin, comme une mère poule, m’a littéralement mis la nourriture dans la bouche pendant tout le voyage. Il prenait des morceaux de viande dans sa propre assiette et les glissait entre mes lèvres ! Quelle est alors la nature de ce sujet qui est basé sur ce premier principe, et qui, d’un autre côté rend impossible d’avoir de l’aide ? Voilà donc ma question, et je crois, étant donné mon histoire, que c’est là, au niveau de cette intervalle – qui ne rentre ni dans l’intra ou l’inter ou l’extrasubjectivité – que la question du sujet doit être posée.

 

 



[1] Veilleur de nuit. (N. d. T.).